C'est un petit chemin...

C'est sur la rive droite qu'est présent le sentier en accès libre au public, le long de l'Île du Beurre et de l'Île de la Chèvre.

Ce sentier, pédestre et cyclable, permet de profiter, en autonomie ou guidé, du paysage typique du Rhône d'autrefois et de découvrir la faune et la flore sauvages locales. Des observatoires et des points d'affûts permettent d'approcher les habitants de la lône, en toute discrétion.

Distance : 1 200 m entre les 2 passerelles - aucun dénivelé. Une section de 500 m est définie en « aire piétonne » ; les piétons ont la priorité sur les cyclistes. La voie doit être partagée.

Face aux observatoires et inaccessible aux visiteurs, l'Île du Beurre demeure un refuge pour la faune (237 espèces de vertébrés inventoriées, sédentaires et migratrices) et accueille une importante diversité d'espèces végétales (390 espèces végétales).

La digue constitue un point d'observation intéressant, permettant d'avoir un regard sur le Rhône, l’Île du Beurre et l'embouchure de la lône. C'est à cet endroit que nos adhérentes-bénévoles tiennent des permanences régulières pour observer la faune et partager des moments de découverte avec les usagers de la Viarhona.

En ce début de printemps, nous avons pu observer une gorge bleue à miroir (mâle) !

Mais également : milans noirs, cygnes tuberculés, grands cormorans, hérons cendrés, éperviers d’Europe, gallinules poules d’eau, goélands leucophées, pigeons ramiers, mésange charbonnière, corneilles noires, martin-pêcheur, pics vert, bergeronnettes grises, rouge-gorge familier, fauvette à tête noire (mâle), mésanges bleue et chardonnerets élégants.

 

Groupes de plus de 10 personnes

Merci de nous informer de votre visite si votre groupe dépasse les 10 personnes.
Pour en savoir plus, c'est ici.

Accessibilité handicaps

La volonté du Centre d’observation est d’accueillir toute personne intéressée par la nature. Des aménagements extérieurs et intérieurs sont à l’étude, et notre personnel est à votre disposition pour vous informer de nos conditions d’accès.
Pour en savoir plus, c'est ici.